weekend drama

 

 

j’aimerais me souvenir de ces dernières semaines comme de jours heureux de rêves interminables et pleinement immersifs, le farfelu palpable chaque matin, des histoires à dormir debout jusqu’à l’indigestion. un prof nous a caricaturé la vie un jour en déclarant que l’homme hésitait entre la position debout = vie et couchée = mort. rien à foutre : je choisis couché sans hésiter. j’arrive de moins en moins à me lever tellement j’ai l’empreinte de moi creusée dans mon lit, mon meilleur ami. quand je me réveille j’ai l’impression d’avoir accédé à un nouveau stade de compréhension et de sagesse tellement je me sens en harmonie avec la couette. ça va que j’ai mon bureau comme deuxième meilleur ami.

Cette entrée a été publiée dans normale activité. Placez un signet sur le permalien.

2 Responses to weekend drama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *